fbpx

Vivre Seul & Sentiment de Solitude

Petite anecdote et Réflexion personnelle

Il y a quelques temps, je me suis faite arrêtée dans la rue par une monsieur d’un certain âge. Il se présente comme un voisin. Il m’explique qu’il me voit régulièrement aller et venir SEULE, passant devant chez lui et que c’est bien malheureux… Quoi donc ? Que je sois seule évidemment !

En fait, il me voit aller et revenir de ma « marche » le matin, quand je vais m’aérer dans le parc près de chez nous.

Là, il me fait une grande tirade sur la nécessité d’être en couple, de se marier, d’avoir des enfants pour laisser une « trace » après la mort… Le sens de la vie c’est d’avoir des enfants, pour laisser quelque chose sur terre…

 

Euh ??? C’est à dire qu’on n’est pas tous obligé de se reproduire, pour que notre vie ait un sens, ou par besoin de laisser quelque chose sur terre. Parce que quand même les enfants, ça ne devrait pas être assimilé à une CHOSE, qu’on laisse sur terre. C’est quand même des êtres humains, non ? Ils n’ont pas demandé à être là, ils ont des émotions, des besoins et si c’est juste pour laisser un « truc » derrière soi, comment dire ? ça craint, non ?

Je vous passe la tirade sur le fait que la femme ne doit pas être seule, qu’elle a « besoin » d’un mari, « d’un homme » et que ce n’est pas normal d’être célibataire à mon âge.

 

Je veux bien être aimable, patiente, gentille et ne pas lui rendre ce que je pourrai prendre pour de l’agression, mais j’ai mes limites et là j’avoue que ça commençait à me fatiguer sérieusement d’écouter toutes les projections de ce monsieur à mon égard. J’avais le sentiment d’être revenu à l’âge de pierre avec son discours sur ce que la femme doit faire ; soit exister par le mariage et la maternité, sinon en gros ta vie c’est de la m… !

 

Il n’arrêtait pas de me parler de combien c’est triste d’être seul, tout en me racontant qu’il me voyait passer devant chez lui parce qu’il restait seul assis toute la journée devant la fenêtre… Alors il m’a beaucoup parlé de moi sans me connaître, mais il m’a aussi parlé de sa vie, de ces 3 enfants et de son divorce…

 

Alors pourquoi je vous raconte tout ça ?

 

Parce qu’au final, derrière ces idées d’un autre temps, et il est d’un autre temps, puisqu’il a presque 70 ans, cet homme semble très seul. Il s’est marié, mais il a divorcé et est resté seul. Il a fait des enfants, il laissera quelque « chose » sur terre après sa mort, mais il est vivant aujourd’hui et il n’avait pas l’air de voir beaucoup ses enfants ou ses petits-enfants… Et quand il vous dit sans s’en rendre compte qu’il vous voit passer presque tous les jours devant chez lui SEULE parce qu’il est assis SEUL devant sa fenêtre la majeure partie de la journée, alors là vous imaginez la scène et je peux vous dire que c’est moi qui étais triste pour lui.

 

Certaine personne croît que la solitude, celle qui rend triste, se résume à être seul physiquement

 

J‘ai expliqué à ce monsieur que la solitude était une question intérieure et non physique. J’ai rencontré la solitude intérieure, et la tristesse de me sentir seule dans et par l’indifférence de l’autre. Quand je n’ai aucune solitude, ni tristesse de vivre seule.

 

En fait quand le vivant circule, seul ou à plusieurs, il n’y a aucune solitude. Quand le vivant s’arrête, c’est un peu le début de la fin. Si ce monsieur avait du vivant dans sa vie, soit des activités, de la créativité, de l’entraide, des passions, une curiosité insatiable et tant d’autres choses, il ne resterait pas assis des journées entières à regarder ce qui se passe dans la rue. N’est-ce pas se laisser mourir et abandonner la vie que d’attendre des heures et des heures assis que le temps passe ?

 

Je n’ai pas d’enfants, et a priori ce n’est pas prévu au programme, je vis seule et j’ai parfaitement l’habitude de me gérer et de gérer ma vie et le quotidien qui va avec. Aussi, quand je me projette dans la vieillesse, je pense, je suppose que ma vie ressemblera surement à ce qu’elle est déjà.

 

Mais si ma vie était guidée, par un mari, par des enfants, il est probable que le grand saut dans un couple où les enfants ne seraient plus parce qu’ils auraient quitté le foyer, voire imaginer ma vie seule sans enfant et sans mari, pourrait laisser un grand vide…

 

Savez-vous vivre seul ?

 

Les gens qui n’ont jamais vécu seul, voire qui se sont mis en couple pour ne pas l’être, ont forcément une forme de jugement sur le fait d’être seul, puisqu’ils associent être seul et souffrir de solitude. Mais il n’y a pas de cause à effet entre ces 2 facteurs.

 

J’ai toujours dit que la personne avec laquelle il est le plus difficile de vivre est soi-même. Si nous avons un vide intérieur, un sentiment de solitude intérieur qui est nié, ou compensé par la présence de l’autre, le jour où l’on se retrouvera seul, tout ce que l’on avait mis de côté pendant X temps, remontera à la surface, parce que plus rien n’est là pour détourner notre attention.

 

Nos perceptions du monde sont toujours reliées à notre propre monde intérieur

 

Je vis très bien seule, alors je n’ai pas tendance à me dire que c’est malheureux d’être seul. Mais ce monsieur ne semble pas vivre « bien » seul et il a eu besoin de venir me dire que je ne devais pas être seule….

 

Quel est le sens de votre vie ?

 

Comme je le répète souvent, si le sens de votre vie, de vos choix ou de vos actions dépendent des autres, alors votre « bonheur » est entre leurs mains, au lieu d’être entre les vôtres. Pourtant votre vie vous appartient, elle dépend de vous seul et si vous l’avez abandonné à autrui, alors il est normal, que lorsqu’autrui change d’avis, vous quitte ou disparaisse, vous vous retrouviez terriblement seul avec un sentiment de solitude.

 

J’espère que le sens de votre vie ne repose sur les épaules de personne d’autre que vous-même. Car au-delà de la fragilité et de l’illusion de ce choix, c’est également une responsabilité infiniment lourde que vous faites peser sur autrui. Cette responsabilité ne lui incombe pas, elle se rajoute à celle qui lui appartient déjà. Certaines personnes peuvent finir par plier et s’écrouler sous la charge. Et quand ça cède, ça peut détruire l’amour, la relation, le lien qui vous « unissait » à cette personne. Alors méfiez-vous de ce que vous faites peser sur ceux que vous dites « aimer ». Parce qu’ils vous aiment, ils encaisseront pendant un temps, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus. Mais si vous les aimez vraiment, vous ne devriez pas leur imposer ça….

 

Est-ce que vieillir seul est dans l’ordre des choses ?

 

Alors on ne fait pas des enfants pour les garder près de Soi toute notre vie, mais je me pose la question de toutes ces personnes âgées qui vivent seules et qui se sentent peut-être « abandonnées » par leur famille. Est-ce dans l’ordre des choses ? Est-ce que certains payent le prix des raisons pour lesquels ils ont eu des enfants ? Sont-ils abandonnés parce qu’il n’y avait pas d’amour ? Un amour qui n’a pas été donné ? Ou un amour qui a fait peser et détruit ? Ou alors même quand on a été aimant, on finit seul ?

 

Ce qui est sûr c’est que plus on vieillit, plus on se rapproche de la mort et des morts… On côtoie de plus en plus de gens malades et souffrants. On est mitigé entre la joie d’être soi-même encore en bonne santé, tout en craignant de ne peut être plus l’être bientôt…. Notre société parle peu de la vieillesse, des personnes âgées, de comment on vieillit, des questions que l’on se pose, de nos craintes, de notre solitude…

 

Je ne sais plus qui disait : « On naît seul et on meurt seul ». C’est très vrai et en étant entouré de personnes, on peut sans doute croire qu’on ne vit pas seul dans l’intervalle. Pourtant dans l’ÊTRE, dans les choix de vie, la responsabilité de notre vie, on est toujours seul… A méditer….

 

Inscrivez-vous pour recevoir directement nos nouveaux articles par mail.

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *