fbpx

Initier ou Ajourner le changement

C’est bientôt la nouvelle année, et je trouve cette période propice aux changements. Si on aime avoir des excuses pour changer les choses. Je dirai que choisir la nouvelle année pour changer de vie en est une parfaite ; à condition évidemment de s’y tenir !

 

On pourra aisément qualifier le changement de vie de GRAND changement. Un de ces changements qui est à la fois terriblement excitant et terriblement effrayant. C’est particulier de ressentir en même temps beaucoup d’enthousiasme et beaucoup de peur. Et c’est le genre d’occasion où un seul des 2 gagnera. Soit l’enthousiasme l’emportera et nous changerons de vie. Soit la peur nous gagnera et notre envie de changement sera rangée dans une boite « à faire plus tard ».

 

Il y a des carrefours de vie qui se présentent à nous, que nous n’empruntons pas. Et il y a des carrefours de vie que nous ne créons pas. Ce qui est sûr c’est que nous sommes attirés par ce que nous connaissons et que notre tendance naturelle est d’emprunter les chemins déjà empruntés, qu’ils nous aient apportés du bon ou du mauvais. Il est toujours plus rassurant de faire un mauvais choix connu, plutôt qu’un « bon » choix inconnu.

 

C’est donc dans ces cas là que la peur est le frein principal au changement. C’est également dans ces cas là que plus on attend, plus la peur augmente. On peut juger un choix impulsif de risqué. On peut également constater que l’excès de prudence risque de mener à l’immobilisme.

 

C’est pourquoi je mets dans la balance l’enthousiasme en opposition à la peur. Je ne prétends pas qu’un grand changement ne suscite pas de peur. Je trouve cela normal de considérer les risques et de se questionner sur les éventuelles conséquences. Mais je crois aussi que c’est une question d’enthousiasme. Et donc de tout ce que l’on peut gagner grâce à ce changement. Si les bénéfices sont plus élevés que les risques et que malgré tout la peur gagne. C’est que le courage manque.

 

En cela nous ne sommes pas égaux. Sur quel terreau avons-nous grandi ? Qu’est ce qui nous a construit ? Quel est notre parcours ? De quel bois sommes-nous fait ?

Est-ce inné d’être peureux ou courageux ? Ou est-ce une question d’acquis ?

 

Je veux bien convenir que nous ayons des tempéraments plus ou moins énergique, plus ou moins patient, plus ou moins actif…. Mais je suis convaincue que nous sommes la somme de nos expériences et qu’un environnement positif sera source de force, tout comme un environnement toxique sera source d’handicap. Si nous ne pouvions choisir notre environnement en tant qu’en enfant, nous le pouvons en tant qu’adulte.

 

En tant qu’autiste de haut niveau, j’ai débuté dans la vie avec des handicaps que la majeure partie des gens n’ont pas. J’ai également bénéficié de ressources et capacités que la majeure partie des gens n’ont pas. Avoir des spécificités en plus et en moins, même si elles diffèrent d’un individu à un autre, est inhérent à chacun. La seule chose qui change c’est ce que nous en faisons.

 

Nous pouvons cultiver nos « mauvais » côtés, ou nos « bons » côtés. Et cela est de notre seule responsabilité. Une fois adulte, nous pouvons nous raconter que notre naissance dans la mauvaise famille, au mauvais endroit a scellé notre destin. Ou considérer que l’important n’est pas où on est né, mais où on est maintenant et ce qu’on fait au présent.

 

J’ai fait l’expérience de mettre ma vie sur pause (partiellement). Je me racontais une histoire. Je pensais à quand j’aurai tel travail, quand j’aurai tel revenu, quand j’aurai rencontré telle personne, quand… J’ai déjà fait cette erreur 2 fois, ce qui montre que la première fois, je n’ai pas pleinement compris les enjeux de mes choix et leurs conséquences. En fait, je mettais de nombreuses conditions aux changements, ce qui bloquait toute possibilité de changement. Je me suis installée dans mes rêves et j’ai attendu que les conditions posées se réalisent. Ben dans les 2 cas, j’ai attendu et rien ne s’est passé.

 

Je ne saurai dire si attendre davantage aurait changé la donne, ni si mon vécu est représentatif d’une quelconque généralité. Mais quand je questionne les gens sur pourquoi ils n’ont pas fait, ou sur pourquoi ils attendent, ils ont tous des histoires. Des histoires qu’ils se racontent, pour justifier leur choix. Et cette histoire les berce dans leur illusion. C’est confortable, c’est tout doux et moelleux, ça fait rêver et puis voilà.

 

« Rêver sa vie, ou Vivre ses rêves »

 

Voilà le choix que nous avons tous. Nous pouvons nous contenter de rêver, sans voir que notre vie est sur pause. Ou nous pouvons commencer maintenant à vivre nos rêves. Il y a des rêves plus accessibles que d’autres et qui prendront plus ou moins de temps à se réaliser. Mais se mettre en chemin fera toujours la différence avec attendre ou remettre à demain. Chaque jour qui passe sans agir, nous éloigne de vivre au présent en réel adéquation avec nos aspirations profondes. Alors qu’attendons-nous ?

 

Carte du Tarot d’Osho : L’Ajournement

L’ajournement est simplement stupide. Demain vous devrez également décider, alors pourquoi pas aujourd’hui ? 

Et pensez-vous que demain vous serez plus sage qu’aujourd’hui ? 

Pensez-vous que demain vous serez plus vivant qu’aujourd’hui ? 

Pensez-vous que demain vous serez plus jeune qu’aujourd’hui, plus alerte qu’aujourd’hui ?

 

Demain vous serez plus âgé, votre courage sera moindre, demain vous serez plus expérimenté, votre fourberie sera plus forte, demain la mort sera plus près, vous commencerez à hésiter et à avoir peur. 

Ne remettez jamais à demain. 

 

Et qui sait ? Demain peut venir ou peut ne pas venir. Si vous devez décider, vous devez décider en cet instant. Décidez-vous. Ne continuez pas à remettre indéfiniment.

 

Commentaire :

La femme sur cette image vit dans un paysage gris, fait de nuages taillés dans l’irréel. Par la fenêtre elle peut voir des couleurs, de la lumière et de la vie. Et bien qu’elle veuille traverser la fenêtre comme l’indique les rayures multicolores de son vêtement, elle ne peut pas se résoudre à le faire. Il reste trop de « et qu’arrivera t-il si … ? » dans sa tête.
Demain n’arrive jamais, dit-on.

 

Peut importe combien de fois cela est dit, il semble que la plupart d’entre nous tendent à oublier cette vérité.

 

En fait, le seul et unique résultat de remettre les choses à plus tard est un sentiment gris et dépressif d’incomplétude, d’être englué dans le quotidien.


Le soulagement et l’expansion que vous ressentirez lorsque vous aurez mis de côté toutes les pensées hésitantes qui vous empêchaient d’agir dans l’instant, vous fera regretter d’avoir attendu si longtemps pour agir.

 

Inscrivez-vous pour recevoir directement nos nouveaux articles par mail.

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *