Fatigue, une alerte pour prendre soin de Soi

Il y a des moments de vie où notre moral baisse, notre corps est fatigué et notre état reflète un manque d’énergie complet. Cela peut nous pousser à nous isoler que cela soit pour ne pas avoir à faire d’efforts envers autrui, pour qu’il ne nous voit pas comme ça (diminué) ou pour l’épargner, supposant que nous sommes un poids pour l’autre. Il est donc assez naturel et instinctif de se renfermer. Alors comment vivre « positivement » ces périodes de diminutions ? Toute situation difficile à vivre est une épreuve. 

Dans l’épreuve, nous avons le choix de nous débattre, de nous apitoyer ou de nous en servir comme une opportunité d’apprentissage ; Apprendre à se connaître, apprendre à se dépasser, apprendre à faire front… Il n’est pas nécessaire d’arriver jusqu’à la maladie (mal à dire) pour prendre conscience de soi. Mais l’épuisement physique et psychique mène assez souvent à la maladie. Car nous entrons facilement dans un système vicieux et énergétivore quand la fatigue est là. 

La fatigue morale peut jouer sur la qualité de notre sommeil, ce qui produit de la fatigue physique. La fatigue physique récurrente peut produire de la fatigue morale du fait de se sentir toujours en besoin d’énergie pour faire les choses quotidiennes. Et sans qu’on l’ait vu venir, on se retrouve dans un système dépressif que se nourrit de lui-même. Mais comme vous pouvez le constater, avant d’en être là, il y aura eu des alertes qui auront été ignorées. C’est pourquoi la fatigue morale ou physique (qui dure plusieurs jours) ne doit pas être niée. 

Nier notre état, c’est nier ce qui se vit en nous, et donc c’est nier le SOI, qu’il faudra SOI-GNER. Quand quelque chose ne va pas en SOI, et que nous commençons à avoir des symptômes (douleur, fatigue, maux) c’est le signe qu’il faut s’arrêter. Non seulement parce que le corps est entrain de nous entraver pour nous freiner, mais parce que c’est le seul moyen pour pouvoir se poser et prendre du recul pour évaluer et comprendre ce qui se passe. 

Alors en cas de fatigue physique, il arrive très souvent que s’arrêter pour dormir, se reposer et récupérer suffise pour relancer la machine. Mais là où cela risque de ne pas être pérenne, c’est si on ne s’est pas demandé pourquoi nous sommes fatigués et quelle habitude changer pour que cela ne se reproduise pas.  Les fatigues dont je vous parle, ne sont pas celles occasionnelles qui surviennent lors d’un excès. Il s’agit de fatigues récurrentes pour ne pas dire chroniques qui dans la durée mène au cercle vicieux dépressif. 

Toute usure dans notre mode de vie mène à ce type de symptômes. User notre corps, notre énergie à de mauvaises fins engendrera inéluctablement une aggravation de notre état dans le temps.  Tirer sur la corde c’est prendre le risque qu’elle finisse par céder. Aussi quand ces maux se manifestent, il est important de les prendre en considération pour s’arrêter ; c’est leur but et c’est ce qui est nécessaire pour observer et comprendre leur sens. 

Se débattre en forçant aggravera la situatiopour. S’apitoyer aura pour effet de réduire davantage nos ressources inutilement. Il faut faire preuve de tempérance pour s’arrêter sans sombrer dans la léthargie, la rumination ou tout autre action néfaste. Comme souvent, cela se résume à un processus en Soi d’écoute et d’attention, pour mieux se connaître et apprendre à se respecter. Prendre soin de Soi c’est le faire quotidiennement sans attendre qu’un évènement malheureux se produise pour nous rappeler à l’ordre.

 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK