Return to site

Esprit d’ Amour, Esprit de paix

De Thich Nhat Hanh

Des conflits militaires aux simples disputes de voisinage, nous avons tous, un jour ou l'autre, été confrontés à l'état de guerre, c'est-à-dire à la tentative de résoudre un problème par la violence et la destruction. Puisant dans sa bouleversante expérience de témoin du conflit vietnamien et d'inlassable militant pour la paix, Thich Nhat Hanh nous enseigne comment surmonter ces réactions spontanées d'agressivité. À partir des enseignements et des méthodes du bouddhisme, il propose, sans dogmatisme, des exercices simples et pratiques à mettre en oeuvre au quotidien afin que chacun d'entre nous puisse devenir, pour lui-même d'abord, puis pour ses proches, et enfin pour autrui, un promoteur et un protecteur de la paix.Également chez Pocket : Sur les traces de Siddharta, L'esprit d'amour, Clés pour le zen, Bouddha et Jésus sont des frères, Le coeur des enseignements du Bouddha, La colère et Il n'y a ni mort ni peur.Extrait du livre :Transformer les flèches en fleursLa pratique de la transformation intérieureLa violence n'est jamais bien loin. On peut toujours en discerner les germes dans nos pensées, nos propos et nos actions. Nous les retrouverons dans notre esprit, dans nos attitudes, dans notre peur ou notre anxiété, vis-à-vis d'autrui ou de nous-mêmes. La pensée elle-même peut être violente. Des idées violentes peuvent nous pousser à parler ou à agir violemment. C'est ainsi que la violence de nos esprits se manifeste dans le monde.Les micro-conflits qui éclatent quotidiennement dans nos pensées et nos familles sont en relation directe avec ceux qui déchirent les peuples et les nations, dans le monde entier. La certitude de détenir la vérité, l'intolérance pour tous ceux qui ne partagent pas notre point de vue, ont été à l'origine de bien des maux. Dès que nous nous enfermons dans la certitude que telle idée est une vérité absolue, nous devenons prisonniers de nos propres opinions. Si nous croyons, par exemple, que le bouddhisme est l'unique voie, nous risquons de générer une certaine violence ou une certaine tendance à l'exclusion contre ceux qui suivent d'autres voies spirituelles. Prisonniers de nos opinions, nous perdons contact avec la réalité. Nos facultés de perception et de compréhension en sont faussées. S'enfermer dans ses opinions est une dangereuse erreur, qui nous prive de l'occasion de progresser vers une sagesse plus profonde.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly