Return to site

Déficit de l'inhibition latente

Explications

L'Inhibition Latente est le processus de cognition (cognitif) qui permet aux individus que nous sommes de traiter les stimuli, et trier les informations extérieures de toutes sortes.

C'est un processus inconscient, sauf chez une personne présentant un déficit d'inhibition latente, qui effectuera le tri "manuellement" dans les détails de la vie quotidienne, mais d'une manière tout aussi inconsciente. Ainsi, un individu doté d'une inhibition latente moyenne est capable de "mettre de côté" des informations cognitives superflues, tels le tic-tac d'une horloge, une odeur ou encore certains détails visuels. À l'inverse, un déficit d'inhibition latente empêche l'individu de s'habituer à la plupart de ces informations cognitives et l'oblige à prêter attention à de plus nombreux détails, entraînant parfois des phénomènes de "saturation" d'informations qu'un cerveau trop lent serait incapable d'assimiler.

C’est l’inhibition latente qui fait que notre cerveau opère un tri dans toutes les informations reçues, qu’elles soient visuelles, auditives ou tactiles, et nous rend conscient de ce qui est jugé utile et pertinent, en enlevant les bruits, images et sensations "de fond". L’inhibition latente effectue une sorte de "tri automatique" afin que nous ne soyons pas submergés par toutes ces informations et que nous puissions nous concentrer sur l’essentiel.

En 2001, les équipes de recherches de Harvard et de Toronto, conduites par Shelley Carson et Daniel Higgins ont publié une étude qui lie le génie et la folie. Selon cette étude, une personne avec un QI élevé aura les capacités de concentration et d’analyse nécessaires pour effectuer le tri dans cette surcharge d’informations sans se laisser submerger par elle, gagnant ainsi en créativité. À l’inverse, ce flot peut conduire à la schizophrénie une personne n’étant pas en mesure de le traiter.

Certaines drogues agissent sur l’inhibition latente et peuvent la mettre à un "bas niveau" et ainsi provoquer un raz de marée d’informations chez des personnes ne pouvant les traiter, ce qui va les rendre malades, et les mener aux portes de la psychose.

Les personnes atteintes d'un bas niveau d'inhibition latente ont souvent les symptômes suivants : Syndrome général d'adaptation (stress), migraines ophtalmiques (scotome) suivie de céphalée très douloureuses.

Quotient intellectuel

Un déficit d'inhibition latente doit être rapporté au quotient intellectuel (QI).

Ce QI élevé vient se combiner à un déficit d’inhibition latente (low latent inhibition) afin de tirer un plus grand parti de ce « surplus » de détails. En revanche, une personne possédant un faible QI (du moins en dessous ou juste à la moyenne) ne sera pas apte à trier « manuellement » toutes ces informations. En effet, elles ne parviennent pas au cerveau conscient des personnes possédant une inhibition latente normale, qui seront donc souvent sujettes à des maladies mentales, telles que la plus connue ; la schizophrénie.

Causes

Un déficit d'inhibition latente peut survenir suite à un choc post-traumatique ou psychologique (tel un accident ou une forte dépression), cela peut aussi se produire "naturellement" (comme la perte de la vue, de l'ouïe...) et ce, à n'importe quel âge, mais aussi tout simplement être naturel (dès la naissance).

On dénombre 35,8% de la population mondiale présentant des troubles d'inhibition (inhibition pathologique, psychiatrique, avérée, latente...)

Effets

Une basse inhibition latente n'est ni bonne, ni mauvaise. En effet, les gens présentant ce déficit peuvent observer plus de détails, de petites choses que d'autres ne verraient pas, car leur cerveau les aura jugés inutiles. Au quotidien, cela leur permet d'avoir un regard plus complet sur les choses, de gérer de nombreuses idées simultanément (on parle de pensée arborescente, ou poétiquement d'imagination) et probablement profiter d'une mémoire plus développée. Le revers de la médaille est hélas de taille puisqu'à moins d'un QI très fortement élevé, le patient sera souvent surchargé par ces informations, qui peuvent entraîner de fortes migraines, des crises d'hypotension ou encore des phénomènes de confusion ou de schizophrénie.

source: le Parisien

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly